Mon expérience : Assistant de langue 🇫🇷

Mon expérience : Assistant de langue 🇫🇷

DSC02925

Voyager c’est une drogue, une drogue dure et une drogue douce (de quoi mettre tout le monde d’accord, et quand il s’agit de cette drogue ci je dis oui, mille fois oui à la légalisation 😉 – il est triste de constater qu’aujourd’hui encore, certains pays interdisent à leur population de sortir du territoire national). Le voyage c’est une passion qui vous prend tout à coup sans prévenir mais lorsqu’elle est là, elle s’ancre en vous via le port qu’est votre cœur. Là même où raisonnent émotions et sentiments. Voyager et surtout à long terme c’est vivre des expériences intenses, des rencontres, des découvertes dont on ressort grandi de 7 à 77 ans … (allez je vous l’avoue : avant d’être blogueur et guide j’étais rédacteur de publicités pour jeux de société 😄). J’ai la chance d’avoir grandi dans une grande famille rassemblée autour d’un point commun : la passion du voyage ! Mes parents sont partis écumer les routes du Canada en moto, mes cousins sont partis plusieurs mois en Amérique du sud et vivent aujourd’hui sur plusieurs continents, mon grand frère a étudié en Inde, travaillé en Roumanie mais s’est finalement installé en Nouvelle Zélande il y a peu ! Ma famille m’a encouragé à voyager et de cette passion est née mon envie de travailler dans le secteur du tourisme. C’est comme cela que j’ai commencé à exercer les métiers de guide conférencier et de réceptionniste dans plusieurs pays. Vous l’aurez compris : chaque occasion est pour moi la bonne pour voyager. Et quand elles manquent, je les crée ! Stages scolaires, stages universitaires, emplois saisonniers … tout est prétexte à une évasion plus ou moins loin, plus ou moins longue. C’est ainsi que j’ai décidé de partir 7 mois en Allemagne pour travailler comme assistant de langue et améliorer mon allemand. Assistant de langue, kesako ? À quoi ça sert ? Comment ça marche ? Quels sont les avantages ? Mon expérience -> je vous raconte tout dans cet article.

I À quoi ça sert ?

À diffuser la culture et la langue de votre pays. La présence d’un assistant/d’une assistante dans les écoles/collèges/lycées du monde entier est un atout considérable pour les professeurs comme pour les élèves. En tant qu’assistant, vous apportez du contenu concret (les chansons à la mode dans votre pays d’origine, des photos, des dépliants touristiques etc …) pour donner un nouvel élan aux cours de langues. Vous n’êtes pas prof mais assistant (vous êtes souvent plus jeune et très différent des profs) ce qui (re) motive les élèves. Vous pouvez proposer l’organisation de jeux, d’évènements, de sorties culturelles en lien avec votre culture. Vous partagez, vous échangez. Vous faites autre chose que de l’écrit, des évaluations etc. Vous pouvez faire du théâtre, des jeux de rôles, organiser un débat, cuisiner en suivant une recette dans votre langue ; les possibilités sont infinies (et différentes selon le pays et l’établissement). Ce statut vous attire souvent une certaine popularité auprès des élèves qui sont heureux de vous rencontrer, de parler « pour de vrai » dans votre langue et d’avoir cours avec une nouvelle tête qui en plus ne mettra pas de note. Autant vous dire que pour les profs en panne d’inspiration ou débordés comme pour les élèves motivés vous êtes une sorte de sauveur. De plus, votre présence permet aux professeurs de rester en contact avec la culture liée à la langue qu’ils enseignent et de pratiquer la langue avec un locuteur natif.

NB : Dans le cadre de l’échange d’assistants français/allemands, vous participez aussi à l’entretien de l’amitié franco allemande. Depuis presque 100 ans des allemands viennent en France assister les professeurs d’allemand et inversement.

II Comment ça marche ?

Pour postuler, vous devez normalement être étudiant en bac + 3 ou à un niveau d’étude plus élevé et avoir entre 20 et 35 ans. La première fois que vous candidatez (certaines personnes sont assistants dans plusieurs pays de manière consécutive ou avec quelques années d’écart) vous devez être inscrit dans une université française. Votre langue maternelle doit être le français ou bien vous devez attester d’un niveau élevé de maîtrise de cette langue. Je prends l’exemple du français mais les anglophones et hispanophones (pour ne citer qu’eux) peuvent aussi vivre cette expérience. Pour le français, les candidatures se font en début d’année (Janvier pour l’Allemagne) via le site du CIEP. Toutes les démarches se font en ligne. Vous pouvez postuler pour l’ensemble de ces pays : Allemagne, Argentine, Australie, Autriche, Canada, Colombie, Equateur, Espagne, Etats-Unis, Italie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Portugal, Pérou, République d’Irlande, Royaume-Uni, Suisse, Taïwan, Venezuela

NB : Lorsque vous postulez, vous pouvez choisir une région d’affectation, lister des villes qui vous intéressent particulièrement et préciser si vous voulez plutôt travailler avec des primaires/collégiens/lycéens.

III Quels sont les avantages ?

Pour vous :

  • Vous touchez un salaire net vous permettant de vivre (plus ou moins confortablement) dans le pays sans avoir à utiliser vos économies personnelles.
  • Vous enrichissez votre vie et votre CV avec une expérience professionnelle internationale relativement longue (de 6 mois à 2/3 ans).
  • Vous rencontrez de nouvelles personnes.
  • Vous avez beaucoup de temps libre pour voyager dans votre pays d’accueil/les pays voisins.
  • Vous avez la chance de pouvoir améliorer considérablement votre niveau dans la langue du pays et de découvrir sa culture.

Pour l’établissement :

  • Le salaire n’est pas versé par l’établissement mais par la région/le pays : vous ne coûtez donc rien mais apportez beaucoup !
  • Les élèves sont (re) motivés par l’apprentissage de la langue
  • Les professeurs peuvent vous demander de l’aide dans divers domaines comme l’organisation des échanges scolaires avec votre pays (auxquels vous pouvez participer)

IV Mon expérience

Assistant à Hanovre, j’ai passé 7 mois à apprendre, découvrir, voyager rencontrer. L’expérience a commencé en Octobre dernier avec un séminaire de formation à Köln. Ce séminaire de presque 4 jours permet à tous les futurs assistants (dans mon cas : des Canadiens, des Américains, des Espagnols, des Suisses, des Belges et des Français) de se rencontrer et d’échanger avec les responsables du programme (des délégués du ministère de la culture et des conférences dans le cas de l’Allemagne). Au programme : formations, conférences sur la vie en Allemagne (les démarches administratives, les lois importantes), échanges avec d’anciens assistants qui renouvellent l’expérience. De Köln j’ai ensuite rejoint ma ville d’affectation, Hanovre. S’en suivent alors 7 mois de voyages (Danemark, Suède, Allemagne), de très belles rencontres parmi les allemands comme parmi les assistants.7 mois d’apprentissage d’une langue pas si facile 🇩🇪.

Pendant 7 mois j’ai assisté des professeurs de français dans l’enseignement du français en moyenne 15 heures par semaine. J’ai aidé les élèves à corriger leurs erreurs de prononciation et à améliorer leur vocabulaire notamment en participant à des débats avec les terminales. Je dois dire que j’ai été sidéré du niveau en langues de certains élèves. Petit bonus pour moi : j’ai eu la chance de donner des cours d’anglais aux réfugiés.

L’expérience n’a pas été toujours facile pour plusieurs raisons dont le très fort écart entre mon comportement (hyper sociable et curieux) et celui de la majorité des allemands que j’ai rencontré (froids et méfiants). J’ai souffert de cela comme plusieurs français que j’ai croisé. On m’a dit que les gens étaient plus ouverts dans le sud. Au final je repars avec une poignée d’amis allemands mais ceux-ci seront mes amis pour la vie car quand un allemand vous prend en affection c’est une amitié forte et durable qui s’instaure (j’en parlerai lors d’un prochain article sur les différences culturelles entre la France et l’Allemagne ; abonnez vous pour le recevoir).

L’expérience n’aura résolument pas été facile mais enrichissante est le premier mot auquel je pense pour la définir ! Parfois, et je n’ai pas honte de le dire, j’ai pleuré, j’ai pensé, j’ai douté mais aussi et surtout j’ai beaucoup appris sur moi, sur la vie, sur l’Allemagne. Je ne regrette pas cette expérience, au contraire, je vous la conseille à tous (en Allemagne ou sur d’autres continents).

Avant de me lancer, j’avais été de l’autre côté ;  élève en cours d’Italien en BTS Tourisme avec un assistant qui est devenu un ami. J’ai par la suite rencontré une assistante allemande et une autre Vénézuélienne lors de ma licence. Tous m’ont encouragé à partir et maintenant c’est à mon tour de témoigner et je vous dis : FONCEZ vous ne le regretterez pas !

Et vous, l’assistanat de langues vous y pensez ? Vous avez peur ? Vous hésitez ? Vous l’avez fait ? Dites moi ce que vous en pensez. Je réponds à toutes vos questions dans les commentaires ou par message privé.

Cet article vous a plu ? Donnez le à votre oiseau bleu ! Vous connaissez quelqu’un qui est parti/veut partir comme assistant ? Partagez cet article avec lui et sur vos réseaux sociaux.

Abonnez vous à mon blog et recevez un message par semaine pour être notifié de mes nouveaux articles (pas de spam, désinscription en un clic).

Interview – Pharma Lanka

Interview – Pharma Lanka

Des étudiants qui s’engagent pour leur planète

Cette semaine, je mets ma plume mon clavier au service d’un beau projet : un voyage humanitaire au Sri Lanka. L’esprit et l’équipe qui le mènent à bien sont remarquables. Parties de 0 en 2014, deux sœurs, Justine et Louise Réto fondent le projet Pharma Lanka. De ce projet découlent des actions concrètes, des objectifs et des résultats tangibles. Leur recette ? Une pincée de peps, une tonne de motivation, un grand cœur, des gènes Bretons (il faut le dire 😀 ) et beaucoup de sérieux. J’interviewe l’équipe pour vous faire découvrir les coulisses d’un voyage humanitaire réussi.

 

Version 2

Louise et Justine Réto –  fondatrices de PharmaLanka

 

Maël : Bonjour Louise, merci d’accepter de répondre à cette interview !

Louise : Merci à toi Maël, pour l’intérêt que tu portes à Pharma Lanka !

Maël : Vous êtes parties de 0 pour monter ce projet, est-ce que tu peux nous raconter d’où vient votre idée de faire un voyage humanitaire et pourquoi vous avez choisi le Sri Lanka comme destination alors qu’il existe de nombreux pays pauvres dans le monde ? Peux-tu nous présenter les objectifs de l’association ?

Louise : Quand ma sœur Justine a créé l’association (en 2014) et m’a proposé de participer à l’aventure Pharma Lanka, je n’ai pas hésité une seconde. C’est grâce à elle que tout a commencé ! Nous souhaitions apporter notre aide et notre soutien, être utiles aux autres. Partager nos connaissances et découvrir de nouvelles cultures.

Notre association a pour objectif de venir en aide aux enfants du Sri Lanka (écoles, orphelinats) à travers différentes actions de bénévolat scolaire, social, sanitaire et médical (fournitures scolaires, kits de maternité, kits de premier secours, formation aux gestes de premiers secours, installation de réservoirs d’eau, d’équipements sportifs). Les achats ont lieu au Sri Lanka afin de dynamiser l’économie locale. Nous réalisons nous même les achats afin de remettre en main propre le matériel aux enfants.

Le Sri Lanka est un coup de cœur pour nous : la générosité des villageois, les sourires d’enfants … Nous y retournons en juillet prochain, ce sera déjà la quatrième mission de bénévolat de Pharma Lanka. Ma sœur et moi, nous avons été très touchées par le tsunami de 2004 qui a causé de nombreux décès et orphelins. Peu d’associations et de bénévoles œuvrent au Sri Lanka. Chaque année, Pharma Lanka repart pour une nouvelle aventure, toutes plus stimulantes les unes que les autres, une nouvelle équipe, un nouveau projet.

Maël : Vous repartez pour un 4ème projet et en apportez toujours plus à la population locale. C’est toujours appréciable de rencontrer des équipes vraiment motivées par leur projet.

Vous effectuez en ce moment un appel aux dons. Pouvez-vous expliquer aux lecteurs quelles sont les « récompenses » qu’ils recevront en vous aidant  et quelle est la marche à suivre pour donner ?

Louise : Pharma Lanka lance cette année son plus gros projet de bénévolat (depuis 4 ans), avec la construction d’un centre créa-éducatif ! Un lieu d’apprentissage de l’anglais à travers des activités ludiques, éducatives et pédagogiques, ainsi qu’une animation cinéma : un lieu d’évasion et d’imagination pour les enfants du village de Pulasthigama, au Sri Lanka. Le lieu accueillera également des actions de prévention sanitaire (hygiène corporelle et bucco-dentaire).

Notre projet nécessite un budget de 20 000€. Cette somme est nécessaire pour l’achat du terrain, la construction du bâtiment, l’aménagement du centre créa-éducatif. Nous posterons chaque jour des photos sur le blog de notre aventure, afin que vous puissiez visualiser chacun des achats et activités réalisées quotidiennement avec les enfants.

Comment nous aider ?

Via un partenariat financier (montant du don libre ; voir lien en fin d’article) pour financer la construction ou un partenariat matériel qui servira à aménager le centre créa-éducatif et à financer ses ateliers (livres/jeux/brosses à dents/DVD pour enfants en anglais). Via un partenariat gratuit et immatériel ; en parlant de nous autour de vous et en likant notre page FB.

5) bonnes raisons de soutenir Pharma Lanka :

Vous êtes une entreprise :

  • Devenir partenaire de Pharma Lanka, c’est associer votre entreprise à des valeurs de solidarité, à une ouverture d’esprit sur le monde/ de nouvelles cultures.
  • Devenir partenaire vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôts (66%)
  • Devenir partenaire vous permet de bénéficier d’une visibilité média et hors média en apparaissant sur notre page FB (près de 2000 lecteurs), sur notre blog et en étant mentionné dans la presse lors de nos interviews et appels aux dons (France 3, Ouest France, Le Télégramme). Votre logo sera également présent sur tous nos supports : t-shirt, banderoles de remerciements que nous emmenons au Sri Lanka, cartes de remerciements pour les donateurs, affiches collées dans les cahiers des élèves d’écoles partenaires etc – et visibles lors de nos différentes actions (présentation dans les écoles, ventes de gâteaux, de muguet, course de solidarité, opération sandwich etc).

Vous êtes un particulier :

1)  Vous obtenez une réduction d’impôts (66%)

2)  Vous faites une bonne action

Tous les dons, même les plus petits, sont les bienvenus !

Maël : Pour résumer, Pharma Lanka c’est un projet sérieux qui pour la 4ème fois apportera une aide concrète aux enfants pauvres du Sri Lanka. Cette année le projet est celui de construire un centre éducatif ; lieu de jeu et d’éducation. Vous pouvez aider l’association de 3 manières :

en en parlant autour de vous et en aimant la page FB.

en donnant financièrement (montant du don libre et réduction fiscale avantageuse)

en donnant des livres/jeux/brosses à dents/films en anglais

Louise, merci encore d’avoir accepté de répondre à mes questions et merci de faire partie de ces personnes qui donnent un sens à leur voyage et au mot solidarité. J’aurai le plaisir de suivre vos aventures via le blog et j’invite tous mes lecteurs à vous suivre et à vous apporter leur aide, même minime (un don de 5 €, un DVD dessin animé en anglais,une brosse à dents etc).

Louise : C’est nous qui te remercions Mael de l’attention que tu as consacrée à notre association Pharma Lanka et d’avoir eu le privilège de collaborer avec traounomad.Notre motivation, dynamisme et persévérance ne suffisent pas, nous avons également besoin de vous, blogueurs pour mener à bien ce projet de bénévolat.

enfants_Srilanka_Pharmalanka

Enfants au Sri Lanka « le sourire des enfants »

Retrouvez le projet sur FB, sur leur site, et faites un don :

Pour contacter l’équipe du projet vous pouvez leur envoyer un message sur FB : https://www.facebook.com/pharmalanka/ ou envoyer un e mail à louise.reto@wanadoo.fr

Retrouvez ici le dossier de presse et le flyer du projet en téléchargement libre.

Et vous ? Que pensez-vous de ce beau projet ? Êtes-vous aussi investi dans des projets de la sorte ? Avez-vous envie de rejoindre l’aventure Pharma Lanka l’année prochaine ? Faites-nous part de votre avis dans les commentaires !

Cet article vous a plu et/ou vous voulez soutenir Pharma Lanka ? Donnez le lien de cette interview à votre oiseau bleu et partagez sur vos réseaux sociaux.