Bangkok

Bangkok, février 2020 

Bangkok

Je sors de l’aéroport sans vraiment réaliser où je suis. Est-ce la fatigue qui veut cela ? Est-ce l’habitude après plusieurs mois de voyage ? Est-ce le fait de me retrouver de nouveau seul après avoir voyagé avec des amis pendant plusieurs jours ? Peu importe. Une chose est sûre : je suis finalement arrivé dans ce pays où je rêvais de me rendre. Sept ans se sont écoulés entre la conversation qui a fait germer en moi le désir irrépressible de découvrir ce pays et le jour de mon arrivée. La Thaïlande est un pays qui m’a toujours attiré. J’ai toujours été sensible à la beauté de ses temples, de ses jardins, de ses plages. Sa gastronomie ne m’a jamais laissé indifférent. Au sein de la communauté des backpackers, le pays est réputé pour être un paradis dans lequel tous les plaisirs et tous les loisirs sont permis, et ce, à un prix dérisoire. Cette caractéristique a malheureusement engendré des dérives comme l’arrivée d’un tourisme de masse et du tourisme sexuel.

Bien au-delà des documentaires et des photos, ce sont deux amis qui ont — consciemment ou non — fait naître chez moi une obsession pour le royaume de Siam. Le premier s’appelle Milan. Il avait 35 ans lorsque je l’ai rencontré au Monténégro. Ensemble, nous avons vécu des moments inoubliables. J’avais 19 ans et je m’apprêtais, sans le savoir, à travailler dans l’un des palaces les plus luxueux d’Europe tout en étant logé dans la plus grande misère. Milan était le manager d’un restaurant du palace. Il m’a pris sous son aile et aidé à surmonter une partie des difficultés que j’ai rencontrées sur place, dans un pays très pauvre, déserté par les jeunes. Un pays dans lequel personne ne parlait un mot d’anglais ni de français. Pour optimiser ses revenus, mon ami travaillait la moitié de l’année au Monténégro et l’autre moitié en Thaïlande. Il m’a parlé de ce qui lui plaisait dans la culture thaïlandaise et m’a parlé de son projet de s’installer là-bas. Le second ami qui m’a donné envie de me rendre en Thaïlande c’est Bruno. Un garçon formidable que j’ai rencontré grâce à Couchsurfing (je ne le dirai jamais assez, ce site permet de faire des rencontres incroyables). Bruno a vécu une partie de son enfance en Thaïlande. Il y est retourné et ses récits et anecdotes m’ont fait rêver.

J’y étais finalement ! Après avoir dévoré des livres sur le sujet, visionné l’épisode de j’irai dormir chez vous qui s’y déroule, après en avoir rêvé pendant des années et avoir baroudé en Inde et au Sri Lanka, j’y étais finalement arrivé.

J’étais surexcité et ce n’est pas la chaleur étouffante qui planait sur la ville qui allait entamer mon enthousiasme.

Je déambule dans les rues, je me rends lentement vers l’auberge de jeunesse où je passerai ma première nuit à Bangkok. Je décide de dormir dans une auberge proche de l’aéroport et cela ne favorise pas les rencontres : les voyageurs sont tous pressés, décalés, exténués. Je sors seul et décide d’explorer le quartier. J’y découvre un marché de nourriture où je mange mon premier repas thaï en Thaïlande : une soupe. Je me précipite ensuite sur le stand de Bubble Tea, produit à la mode en France, mais ancré dans la culture asiatique depuis déjà des années. Je souris en pensant qu’en Bretagne j’aurais payé cinq euros pour boire un Bubble Tea moins bon que celui-ci qui ne m’a coûté qu’une vingtaine de Bath (moins d’un euro).

Je rentre me coucher conscient que l’aventure commencera véritablement le lendemain.

Avant de dormir, j’appelle Camilla, une amie belge rencontrée quelques mois plus tôt en Inde, à Rishikesh. Elle est toujours en Inde. Je lui propose de me rejoindre en Thaïlande et elle se laisse convaincre beaucoup plus facilement que ce que j’espérais.

Quelques jours plus tard, elle m’annonce avoir pris un billet d’avion. L’instinct de guide reprend le dessus : je fais des recherches sur la ville et je décide de dénicher des perles à partager avec elle.

À Bangkok, les premiers jours, je me sens comme dans une prison dorée, je suis assailli par une sensation très paradoxale : ma carte bancaire a été scannée au Sri Lanka et j’ai été obligé de la bloquer et d’en commander une autre qui mettra plusieurs semaines à arriver. Je suis donc forcé de passer près d’un mois dans une ville que je rêvais de visiter, mais qui m’inspire un peu moins lorsque je comprends que je ne pourrai pas m’en éloigner avant un long moment.

Bangkok est une ville formidable, une ville dynamique et moderne. Une ville aux mille et une facettes. Une ville qui ne dort jamais.

À propos de modernité 😄

Les Thaïs comme les autres voyageurs n’ont eu de cesse de me répéter la même chose : « Bangkok est une ville qu’il faut absolument explorer, mais quelques jours suffisent, tu vas étouffer ici si tu restes trop longtemps ».

Je voyage toujours lentement et j’ai tendance à passer plusieurs jours voire plusieurs semaines là où d’autres ne font qu’une courte halte.  

Le problème n’était donc pas de passer un long moment à Bangkok, mais plutôt de me sentir privé de ce qui m’importe le plus : la liberté.

Une fois la frustration initiale digérée, j’ai pris beaucoup de plaisir à explorer les différents quartiers de la capitale.

Il est maintenant venu le temps de partager avec vous quelques-uns de mes coups de cœur, quelques expériences que je vous recommande de vivre à votre tour.

I Goûter la cuisine thaïlandaise

L’Asie du Sud Est est connue pour la richesse de ses gastronomies. Peu importe où vous vous rendez dans cette partie du globe, il est peu probable que la cuisine locale vous laisse indifférent. La cuisine thaïlandaise met à l’honneur des associations de goûts et de textures originales en exploitant le potentiel de cocktails détonants : marinades sucrées/salées, plats pimentés, aliments croquants et fondants, soupes, bouillons, grillades …

La Thaïlande fait partie comme l’Italie des pays qui attirent les voyageurs les plus gourmands.

Partout à travers le pays, vous trouverez de jour comme de nuit de vastes marchés de nourriture. Pour quelques baths vous pourrez vous délecter de spécialités que vous n’êtes pas près d’oublier.

Quelques incontournables :

Le pad thaï (pâtes de riz cuits au wok assaisonnées avec différents condiments et différentes épices au choix)

Le mango sticky rice (dessert à base de mangue fraiche, de lait de coco et de graines de sésame)

Le Tom Yam Kai (soupe à base de crevettes, de piment et de citronnelle)

Le thé thaïlandais

Je vous recommande vivement mon adresse préférée : le restaurant Joke Phochana.

Le restaurant ne paie pas de mine, les prix sont dérisoires du point de vue européen (2/3€), l’accueil est chaleureux, les produits sont frais et le chef cuisine devant les clients.

J’ai passé trois semaines à Bangkok et j’en ai profité pour tester et approuver l’intégralité de leur menu.

II Explorer différents quartiers de la ville

Chacun des quartiers de Bangkok vous proposera de vivre une expérience unique.

Pour passer d’un quartier à l’autre, les options ne manquent pas : ferry, BTS (métro), tuk tuk, taxi moto (Grab, service très économique, mais peu éthique), bus, taxi, vélo.

Notez que même en trois semaines, il est impossible de découvrir toute la ville. J’ai préféré explorer en profondeur quelques quartiers. Je sais que je reviendrai à Bangkok tôt ou tard.

À Chatuchak, vous pourrez passer la journée dans le plus grand marché aux puces du monde.

À Chinatown, vous pourrez admirer l’architecture des bâtiments et vous délecter d’authentiques recettes chinoises.

À Samsen, vous pourrez vous promener dans un quartier populaire très tranquille à deux pas de Khao San Road. Samsen est mon quartier préféré. Si vous souhaitez dormir en auberge de jeunesse, je vous recommande très vivement l’auberge Oasis Hostel, un havre de paix bon marché et accueillant à deux pas de Khao San Road (une des rues les plus animées la nuit) et d’un arrêt de bus où s’arrêtent les navettes vers l’aéroport. NB : À Bangkok, il est très difficile de trouver une auberge de jeunesse bien placée, bon marché et où l’on peut dormir tranquillement. Les typologies de voyageurs qui s’y arrêtent en masse impactent le marché. On trouve des auberges/discothèques (sympa sauf pour dormir), des auberges très haut de gamme, des auberges à proximité des bars (même remarque), des auberges très sales…

À Riverside, vous pourrez vous perdre dans d’impressionnants centres commerciaux (des villes dans la ville) ou bien, juste derrière ce temple du capitalisme*, vous pourrez vous aventurer dans des ruelles sinueuses et découvrir une toute autre facette de la ville et du pays : les inégalités qui frappent de plein fouet les Thaïlandais. D’un côté de la rue, des centres commerciaux dans lesquels les touristes dépensent des millions chaque année, de l’autre, un bidonville…

Cela me rappelle ce que j’ai vu en Inde quelques mois plus tôt à Dhobi Ghat.

*Iconic Siam et MBK sont des centres commerciaux qui s’étendent sur plus de dix étages. Des souvenirs aux voitures de luxe, il y a très peu de choses que vous ne puissiez acheter là-bas. Même si, comme moi, vous êtes un consommateur modéré, même si vous êtes minimaliste, je garantis que l’expérience en vaut la peine. Vous pourrez ainsi observer les techniques de marketing sensorielles redoutablement efficaces qui sont mises en place. Les fontaines, lacs artificiels, les cinémas 4D et autres artifices vous feront perdre toute notion du temps.

III Assister à un match de boxe thaï (Muay-Thaï)

Muay-Thaï Superchamp à Phra Sumen

Bien plus qu’un sport, la boxe thaïlandaise (Muay-Thaï) est une philosophie, un mode de vie, un art de vivre codifié par des traditions séculaires.

En Thaïlande comme ailleurs en Asie du Sud Est, le Muay Thai est un sport national.

De la même manière qu’en Italie le football est presque une religion, le Muay-Thaï est le sujet de nombreuses discussions en Thaïlande. Les boxeurs renommés jouissent de la même renommée et du même prestige que les footballeurs en Europe. Dans les bars en Thaïlande ce n’est pas le football, mais le Muay-Thaï qui monopolise les écrans. Assister à un match professionnel est une expérience impressionnante. Ce sera peut-être pour vous l’occasion de vous découvrir une passion.

Si vous avez envie de vous initier à ce sport, je vous conseille de vous rendre au Muay-Thai hostel où vous serez reçu par une équipe de professionnels aussi sympathiques, bienveillants et patients qu’exigeants.

Saviez-vous que les Français comptent plusieurs des meilleurs boxeurs au monde dans cette discipline ? L’athlète Antoine Pinto est l’un des meilleurs boxeurs au monde. En Thaïlande, même ceux qui ne pratiquent pas ce sport lui demandent des photos et des autographes. Il signe plus d’autographes que certains chanteurs très connus en Asie.

IV Se faire masser (massage thaïlandais ou massage à l’huile)

Attention : les massages thaïlandais traditionnels peuvent être assez brutaux. Ils peuvent parfois faire un peu mal sur le moment même s’ils procurent une sensation de bien être sur le long terme.

Dans les quartiers touristiques, les prestations sont adaptées aux touristes, vous ne prendrez aucun risque. Comptez 5 à 10 € pour une heure de massage.

V Boire un verre sur le toit d’un gratte-ciel

Le ciel de Bangkok est constellé de gratte-ciels. Il est possible de boire un verre et de faire la fête sur le toit de nombreux gratte-ciels. Mieux vaut ne pas avoir le vertige (ou maîtriser sa peur). Sensations fortes et souvenirs garantis. Les consommations sont très chères, mais pas toujours obligatoires.

BONUS : After the rain cafe (coup de cœur)

Si vous êtres prêts à rester assis dans un taxi pendant minimum 40 minutes, vous pourrez vous rendre dans un café très original : l’after rain cafe, un café dans lequel vous pourrez boire un verre, manger un en-cas et vous promener en barque le long d’un canal qui fait partie de la propriété. Vous y trouverez aussi une balançoire géante. Un lieu insolite où passer une excellente après-midi entre amis.

Et vous, Bangkok, vous connaissez ? Que pensez-vous de cette porte d’entrée sur l’Asie ? N’hésitez pas à partager cet article avec vos amis voyageurs. Vous pouvez aussi vous abonner au blog gratuitement en renseignant votre adresse e-mail en haut à droite du site ou en me suivant sur Twitter @traounomad

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.