Pondichéry

Pondichéry en français, Puducherry en tamoul, Pondy pour les intimes.

Ce qui m’a le plus surpris à Pondichéry c’est l’intensité du contraste avec les autres villes et villages que j’ai visités au cours de mes deux voyages en Inde.

En Inde comme ailleurs, chaque ville est différente. J’ai cependant eu l’impression de retrouver plusieurs types de villes tout au cours de mon périple.

Les grandes villes : Delhi, Mumbai, Chennai…

Ces villes tentaculaires sont des centres économiques et financiers, il s’agit des villes les plus peuplées du pays. On y trouve une architecture très éclectique ; des quartiers et des univers très différents. Même si les Indiens sont pour beaucoup attachés à leurs traditions, à leurs cultures et à leurs modes de vie, la mondialisation est passée par là. Elle révèle sa présence à travers la multiplication d’enseignes comme MacDonald, Starbuck, Zara et H&M.

Les havres de paix hors du temps : Rishikesh, Pushkar, Goa, Gokarna …

En arrivant dans ces villes, on franchit une frontière invisible. On a l’impression de fouler le sol d’espaces complètement déconnectés. Ces villes dégagent quelque chose de très particulier.

Les petites villes et les villages ruraux : Pilhibit …

Parfois, ces villes considérées comme petites par les Indiens comptent plus d’habitants que certaines grandes villes françaises. Elles sont beaucoup moins bien desservies que les grandes villes indiennes, la vie culturelle y est moins dynamique et le niveau de vie y est plus faible. C’est ce qu’un de mes amis indiens appelle « la vraie Inde ».

Le point commun entre les grandes villes et les petites villes/villages ruraux ?

Une atmosphère, une ambiance particulière qui se caractérisent par la cacophonie, la poussière, la présence d’animaux et la foule omniprésente de jour comme de nuit. Une explosion de couleurs, de bruits, d’odeurs et de saveurs. Une véritable expérience sensorielle. Même lorsque l’on visite ces villes pour la première fois, on sait que les voitures klaxonneront à tout va, que les scooters transporteront souvent plus de 3 personnes (et toutes sortes d’objets) et qu’ils nous couperont la route. On s’attend à ce que les marchands ambulants hèlent les passants pour faire l’article de leurs produits.

Pourquoi Pondichéry ne me fait penser à aucun des exemples évoqués ci-dessus ?

Pondichéry est une ancienne colonie portugaise et française, ce passé explique les différences culturelles et architecturales.

L’architecture à Pondichéry

Maison colorée Pondichéry

Pondichéry a été construite selon un plan en damier, cette structure lui a été conférée par les colons Portugais qui administraient la ville avant les Français. J’ai été agréablement surpris de constater à quel point il était facile de se repérer dans cette ville.

Les espaces verts et les teintes pastel qui colorent les maisons du quartier français sont l’une des signatures de la ville.

Autre élément insolite : la présence d’églises et de cathédrales gothiques en Inde où l’on est plutôt habitué aux temples et aux mosquées. En Inde, la communauté chrétienne est loin d’être majoritaire (en 2015, avec 27 millions de fidèles, la communauté ne représentait même pas 3 % de la population du pays). La manière dont les chrétiens d’Inde pratiquent leur religion m’a beaucoup intriguée. Je rédigerai un article à ce sujet dans les prochains mois.

La circulation à Pondichéry

La première chose qui m’a fortement surpris à Pondichéry est le fait que les habitants respectent le Code de la route. Plus surprenant encore et presque choquant pour qui vient de passer 3 mois en Inde, les habitants vous klaxonnent si vous traversez au rouge ! Moi qui avais pris l’habitude de regarder les conducteurs droit dans les yeux et de traverser en fendant la foule, j’ai cru rêver. Ailleurs en Inde, si l’on attend au feu comme en Europe on ne passe jamais. Les Indiens ont l’habitude de rouler sans jamais s’arrêter. Si des piétons traversent, ils klaxonnent pour signaler leur présence et les contournent.

Pondichéry est la seule ville d’Inde où j’ai pu voir ce panneau :

Panneau d’interdiction de klaxonner à Pondichéry

Je n’en croyais pas mes yeux.

Je n’irais pas non plus jusqu’à dire que le panneau est parfaitement efficace puisque le temps de prendre cette photo et de l’envoyer à ma famille j’ai entendu plusieurs klaxons.

La ville est relativement silencieuse, le contraste avec le reste du pays est saisissant.

La communication à Pondichéry

Si vous êtes étranger ou que vous venez du nord du pays, ce n’est pas en hindi ou en urdu, mais en anglais que vous converserez avec les locaux.

À Pondy, les habitants parlent tamoul, telugu, malayam.

Il est vrai que certains habitants parlent français, mais même s’il existe un lycée et un institut français dans la ville, les Indiens que j’ai rencontrés à Pondy parlaient beaucoup moins bien français que ceux que j’ai rencontrés à Delhi ou à Bombay.

J’ai en revanche rencontré de nombreux touristes et voyageurs francophones du monde entier.

Pondichéry, nom des rues en français et en tamoul

Dans le quartier français, les panneaux qui indiquent le nom des rues sont bilingues tamoul/français.

Le français est utilisé comme un outil marketing. Les traductions sont très approximatives. En tant que traducteur, j’y suis forcément très sensible 😉

Dans la rue, on découvre des noms d’hôtels comme « Villa du océan », au restaurant, les menus proposent des plats aux noms originaux : « la viande avec de les légumes français ».

Villa du Océan Pondichéry

Pire encore, je vous laisse juger par vous-même :

Chocolatine Pondichéry – Boulangerie française Baker street à Pondichéry

Hélas, à Pondichéry on dit chocolatine et non pain au chocolat ! En même temps, Pondichéry c’est au sud de la France 😂

Que voir, que visiter pendant votre séjour

Théâtre / cinéma à Pondichéry

Les musées de la ville étaient fermés lors de mon passage. Ils n’ont pas une très bonne réputation. Notez que la visite du plus grand temple est payante.

L’institut français a une programmation culturelle intéressante (concerts de musique traditionnelle, danse classique, rencontres…).

Pondichéry est une ville qui ravira les artistes et les amateurs de street art. La ville est fleurie (fait rare en Inde) et parsemée de peintures murales.

La gastronomie à Pondichéry

À Pondichéry, on peut aussi bien se régaler en dégustant des spécialités du sud de l’Inde que de la cuisine française (adaptée aux goût des indiens).

Parfois, on trouve même des recettes originales dans des restaurants qui proposent de la cuisine fusion (non épicée).

Cuisine fusion au restaurant Villa Shanti à Pondichéry

Après presque 4 mois en Inde, je ne vous cache pas que j’étais heureux de pouvoir manger un croissant digne de ce nom.

Si vous voulez manger un petit-déjeuner ou un goûter français, rendez vous à la boulangerie Baker street.

Boulangerie Baker street à Pondichéry

Saveurs du sud de l’Inde

Pour une expérience authentique, je vous recommande l’Indian Coffee.

Où boire un verre à Pondichéry 

Mes deux cafés préférés sont voisins, ils se trouvent dans le quartier français.

Même si les deux servent des repas « français », vous préférerez y passer des heures pour l’ambiance, le décor original, les jus de fruits frais et les belles rencontres qu’il est possible d’y faire.

Le café des artistes (une institution) 

Décor original, intérieur confortable, il est agréable d’y rester un long moment pour lire, écrire, rêver ou planifier la prochaine étape de son voyage. L’extérieur est mis en valeur par des fresques tandis l’intérieur fait penser à une brocante ou à un musée. De nombreux objets du passé trônent sur les étagères. La propriétaire des lieux est francophone, elle vient de Nouvelle-Calédonie. Une petite boutique de bijoux se trouve au fond du café.

Hope Cafe (juste à côté du café des artistes)

Une explosion de couleur, un décor psychédélique composé de peintures fluorescentes et phosphorescentes. On vous accueille en vous offrant un assortiment de shots de jus de fruits (chaque shot porte le nom d’un sentiment évoquant le bien être : sérénité, paix, amour etc).

La religion à Pondichéry

L’énorme majorité des habitants est hindouiste (80 à 90 % des habitants d’après le recensement effectué en 2011), les autres religions représentées à Pondichéry sont l’islam et le catholicisme.

Le tourisme et la gentrification à Pondichéry

Le passé colonial de la ville attire les touristes francophones du monde entier.

En tant que français (ressortissant du pays colonisateur), je ne me suis pas toujours senti très à l’aise. Je n’ai en revanche jamais perçu la moindre rancœur à mon égard.

La proximité avec la mer et l’ambiance qui y règne font de la ville un lieu branché où la vie coûte plus cher qu’ailleurs en Inde.

Les designers et les restaurateurs surfent sur la vague et les petites boutiques fleurissent à tous les coins de rue. Vous y trouverez des souvenirs originaux, mais il faudra être prêt (e) à payer un certain prix.

Malheureusement, la ville est victime de son succès et ses habitants rencontrent le même problème que les Niçois ou les Vénitiens : les prix des loyers grimpent à vitesse grand V et des familles qui vivent ici depuis toujours n’arrivent plus à faire face au coût de la vie. Les touristes profitent des maisons colorées du centre-ville et les habitants sont contraints d’habiter dans des tours.

Pondichéry : un bilan mitigé

Sortie d’école à Pondichéry : écolières en uniforme

J’ai pris plaisir à visiter cette ville très différente du reste du pays en compagnie de voyageurs du monde entier. Les Indiens avec qui j’ai échangé à Pondichéry ou ailleurs m’ont tous dit partager mon point de vue : visiter Pondichéry lors d’un séjour en Inde c’est vivre une expérience dans l’expérience. Je ne conseillerais pas forcément à mes lecteurs de se rendre en Inde expressément pour visiter Pondichéry, mais un séjour dans cette ville peut être une parenthèse reposante pour commencer ou terminer un voyage en Inde. Pour qui voyage au long cours en Asie, il peut être agréable de venir passer les derniers jours de son voyage en Inde à Pondy avant de s’envoler pour le Sri Lanka depuis l’aéroport de Chennai. C’est ce que j’ai fait et je ne le regrette pas.

Et vous, Pondichéry vous connaissez ? Vous y êtes déjà venu ? Faites-moi part de votre avis et partagez cet article avec vos amis voyageurs.

Pas encore abonné(e) au blog ? Renseignez votre adresse e-mail en haut à droite du site et recevez un e-mail lorsque je publie un article (un e-mail par mois, pas de spam, désinscription en un clic).

Rejoignez-moi aussi sur Twitter @traounomad

Le mois prochain je vous emmène à Varanasi.

4 Replies to “Pondichéry”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.