Le Maroc entre les lignes – Chapitre 1

Été 2017, l’Afrique m’appelle.

Cela fait quelques mois que l’idée s’est frayée un chemin dans mes rêves. J’ai envie de partir à l’aventure et d’explorer une fraction de ce continent.

Je décide finalement de partir avec Paul, un ami.

Nous avons décidé de partir minimum 15 jours au Maroc et de nous donner les moyens d’y faire un maximum de rencontres.

Le moins que l’on puisse dire est que nous n’avons pas été déçus.

Je n’avais jamais mis les pieds au Maroc mais j’ai dévoré les guides et les blogs de voyage pour m’informer et réfléchir à un itinéraire théorique raisonnable pour un circuit de 15 jours. J’avais entre autres été touché par l’article de Laurent du blog Onechai ; sur son blog il partage son coup de cœur pour Chefchaouen, la ville bleue.

Pour des raisons pratiques, j’ai décidé d’arriver et de repartir via Marrakech. Pour le reste je me suis informé mais j’ai décidé de me laisser porter par les rencontres.

Image result for image marrakech arnakech
Image provenant du blog voyage/dessin mifuguemiraison.com

Les Marocains le disent et ces talentueux blogueurs le dessinent avec humour et justesse : Marrakech : Arnakech.

Non, les Marocains ne sont pas « des voleurs » halte aux clichés !

Une petite partie de la population (bien trop présente dans des villes comme Marrakech) entretient cette réputation qui nuit à juste titre à l’image du pays. Dès que l’on dort chez l’habitant, dès que l’on sort des sentiers battus, on s’aperçoit de la générosité et de la gentillesse des Marocains.

Nous ne manquons pas de déambuler entre les stands de la célèbre place Jemah el-Fnaa. Là-bas, c’est un certain folklore et un côté artificiel qui prennent le dessus sur l’aspect traditionnel.

Les grands débutants de l’Afrique que nous sommes sont tout de même charmés. Nous apprécions la musique, les représentations de théâtre, la chaleur humaine, l’effervescence et la magie des lieux. Nous désapprouvons le mauvais traitement des animaux et les tarifs bien supérieurs à tout ce qui est recommandé au Maroc.

Après avoir été accueillis selon les traditions Marocaines (mmm le thé à la menthe sucré), nous nous reposons un peu sur le toit de l’auberge de jeunesse ; le ciel nous réserve un coucher du soleil que nous ne sommes pas prêts d’oublier. Les couleurs chaudes semblent fondre en même temps que le soleil qui tend à disparaitre au milieu des palmiers, des couleurs vives et des arcs outrepassés qui s’étendent à perte de vue.

Une fois reposés et délestés, nous décidons d’aller profiter de la cuisine de rue et de l’ambiance du souk.

La foule est d’une densité aussi impressionnante que le brouhaha dans lequel nous circulons.

Nous nous enfilons dans les petites ruelles de la Medina, bien conscients qu’il nous faudra un moment avant de retrouver notre chemin. Nous goûtons à tout ce qui nous fait envie et nous nous régalons. Nous dinons de crêpes Marocaines, de beignets sucrés, nous buvons des jus de fruits frais (les fruits que j’ai mangés au Maroc sont jusque là les meilleurs fruits qu’il m’a été donné de manger, je vous recommande vivement de boire des jus d’avocats frais lors de vos promenades dans les vieilles villes du Maroc).

De retour à l’auberge, nous faisons de belles rencontres dont deux Mexicaines qui nous parlent de leur projet de rejoindre le village d’Imlil au petit matin.

Imlil ? Nous n’en avions jamais entendu parler malgré nos recherches d’endroits tranquilles. Cela ne faisait absolument pas partie de l’itinéraire que nous souhaitions suivre en théorie. Tant mieux ! C’est cela le piment du voyage, rencontrer, explorer, se laisser porter et inspirer : rester spontané. Nos nouvelles amies nous proposent de les suivre et nous acceptons sans trop hésiter. Cela fût le réel point de départ de notre aventure Marocaine.

Après une courte nuit, nous voilà prêts à rejoindre nos amies et à partir en quête d’un taxi assez honnête pour négocier avec nous sincèrement (nous avions pris soin de demander le tarif que paierait un Marocain). La tâche n’a pas été simple. Après quelques échecs, nous décidons de monter à bord d’un taxi, conscients d’avoir malgré tout payé bien plus que ce qu’aurait payé un local. C’est le jeu !

Les paysages défilent à travers la vitre et j’en dévore chaque détail. Les palmiers, les vallées poussiéreuses, les petites maisons, les montagnes s’invitent devant nos yeux émerveillés.

Après un peu plus d’une heure nous voilà arrivés à Imlil. Mon téléphone indique une température de 35°c. Il indique aussi que l’auberge dans laquelle nous avions réservé deux chambres le matin même se trouve juste devant nous … Nous avons beau chercher, nous ne la trouvons pas.

Un regard plein de certitudes ;  l’auberge se trouve dans cette direction enfin je crois …

Nous tournons en rond pendant une petite heure avant de la trouver.

La terrasse qui la surplombe et le panorama qui s’offrent à nous valent amplement ce contretemps.

Nous passons la soirée tous ensemble et nous mangeons un délicieux tajine.

La vue est littéralement à couper le souffle.

C’est une lune pleine qui se dessine peu à peu dans le ciel découpé par les montagnes du moyen Atlas.

Nous discutons pendant des heures et décidons de nous lever à l’aube pour effectuer l’ascension qui mène jusqu’au parc national du Toubkal, sur la plus haute montagne d’Afrique du Nord (4000 m d’altitude). Au milieu de la nuit, l’appel à la prière perce le silence. Je m’installe au balcon, j’écoute et je regarde les lumières des maisons s’allumer une à une.

Nous sommes partis à l’aube bien décidés à suivre notre guide jusqu’au sommet ou jusqu’à ce que nos limites physiques soient atteintes.

Parc national du Toubkal


C’est seulement vers 20 h 30 que nous reviendrons après avoir parcouru plus de 30 kilomètres sur des chemins techniques.

De retour à l’auberge, nous nous remettons de nos émotions autour d’un thé à la menthe fraîche servi selon les traditions Marocaines.


Nous passons encore une agréable soirée en compagnie de nos amies Mexicaines. C’est le lendemain midi, de retour à Marrakech, que nos chemins se séparent.

Elles ont très envie de partir dans le désert à Merzouga, mais cette expédition s’annonce très longue et très coûteuse.Nous préférons voyager lentement et faire du Couchsurfing du côté d’Essaouira.

Le repas du midi sera pour nous l’occasion de boire notre premier jus d’avocat. Je me souviens avec amusement du regard dégouté de mon ami « mais tu vas pas boire ça quand même ? » il a fini mon verre et s’en est lui aussi acheté un. Qui-suis je pour juger ? J’ai eu la même réaction lorsque j’ai appris que les Siciliens mangeaient des glaces dans des brioches et pourtant, j’en mange plusieurs par semaine quand je suis là-bas.

À suivre dans le chapitre 2 :

  • voyage en bus de Marrakech à Essaouira
  • rencontre avec Jamal notre premier hôte au Maroc
  • une découverte du Maroc côté face, sans tabou

Vous avez apprécié le chapitre 1 de ce récit de voyage au Maroc ? Abonnez-vous en renseignant votre adresse e mail en haut à droite du site (désinscription en un clic, un seul mail par mois).

Et vous le Maroc ? Vous y avez été ? Quelles ont été vos impressions ? Quels souvenirs en gardez vous ?






One Reply to “Le Maroc entre les lignes – Chapitre 1”

  1. Hello Mael !
    A une époque, je suis allée plusieurs fois par an au Maroc où je séjournais dans une famille d’origine espagnole travaillant là-bas. J’en garde de très bons souvenirs du pays et du peuple marocain. J’ai donc eu la possibilité de bien visiter ce pays avec la découverte de pépites. L’accueil, la richesse des paysages et la cuisine marocaine sont vraiment les points forts.
    J’attends avec impatience la suite de ton récit.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.